La couleur de la peur, de Malorie Blackman

Chronique de Freelfe :

Titre d'origine :The Stuff of nightmares

Date de parution : 2007

Nombre de pages : 315

Edition de ton livre : Milan

Quatrième de couverture : 

Comment avais-je fait ça ? Comment avais-je pu arrêter d'être moi pour me glisser dans la vie de Steve ? Comment était-ce possible ? J'ai regardé mes mains. Elles tremblaient. C'était dingue ! Le rêve de Steve était si réel. Car ce ne pouvait être que ça : un rêve. Mais d'où venait-il ? J'avais mes propres cauchemars. Mais aucun ne ressemblait à ça. Aucun n'était si intense et aucun ne m'avait fait pénétrer dans la tête de quelqu'un d'autre.

 Chacun de nous a son cauchemar. Une histoire de créatures monstrueuses, de poursuites infernales ou d'effroyables tortures, qui revient inlassablement, dans nos nuits les plus noires... Un seul cauchemar, toujours le même, qui n'appartient qu'à nous. Lors d'un accident de train, Kyle, lui, se découvre l'étrange pouvoir de vivre les cauchemars des autres. De l'intérieur. Comme s'il y était. En attendant les secours, tandis que, la mort rôde parmi les victimes inconscientes, Kyle plonge ainsi au coeur de l'horreur...

Y a-t-il une suite ? non

 

Ton avis

 

Résumé personnel ? /

Un mot pour définir le livre : Etrange

Une citation du livre : /

Ta note 6/10

Ton avis :

 

Kyle est un garçon tout à fait ordinaire. Du moins, c’est ce qu’il croyait jusqu’à ce que le train qui l’emmenait lui et sa classe à une sortie scolaire, déraille. Alors qu’il s’en sort sans égratignure, il se découvre un étrange don : il peut se glisser dans l’esprit des gens et découvrir leur pire cauchemar… Prémonition ? Ou vécu ? Comment savoir qu’elle est la vérité ?

Malorie Blackman nous présente La couleur de la peur, un roman de 315 pages du genre fantastique. Nous sommes dans l’époque contemporaine et l’histoire se déroule dans un train. Elle y fait évoluer son personnage principal, Kyle.

Kyle est un garçon ordinaire mais qui n’a jamais eu une vie simple. La mort récente de son père et sa rancœur envers sa mère le rende de mauvaise humeur. Il ne comprend pas ce qui se passe et ne parvient à découvrir si ce qu’il voit sont de simples visions, des prémonitions ou des vécus ? Lui qui croyait connaître ses amis…

Le style de ce livre est étrange et un peu dérangeant. Malorie Blackman annonce à la fin de ce livre que pour fabriquer ce livre, elle a repris certaines nouvelles déjà publiées. Et c’est justement ça le problème : les cauchemars des gens sont publiés sous forme de nouvelle, ce qui bascule la structure ordinaire du roman. En fait, en plus de l’histoire de Kyle, il y a une dizaine d’autres histoires, les cauchemars, qui sont écris sous forme de nouvelle, avec des chutes… et la transition entre les deux ne se fait par toujours bien. 

Ce livre est intéressant tout d’abord parce qu’il s’agit de cauchemars de l’auteur (qu’elle a un peu modifié mais bon.) De plus, derrière cette histoire anodine se pose une question : « connaissons-nous vraiment les personnes qui nous entourent ? » La réponse est évidemment non mais la question est de savoir, « jusque quel point ? ». 

J’ai donc trouvé ce livre intéressant bien que étrange. Je dois avoué que je ne m’attendais pas à cela que une question demeure : « Ce que vis Kyle est-il vrai ? Ou est-ce une conséquence du choc ? » Je vous laisse vous faire votre propre opinion !

 

A qui le recommanderais-tu ?(+tranche d'age) A tout le monde, dès 12 ans

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.