La légende du Roi Errant, de Laura Gallego Garcia

Résumé de l'éditeur :

Battu par trois fois à un concours de poésie, Walid, jeune prince orgueilleux, décide de se venger. Il impose à son adversaire, un humble tisserand, des épreuves a priori insurmontables, comme tisser un tapis contenant toutes l'histoire de l'humanité. Inspiré par les djinns, le vieil homme y parvient mais meurt d'épuisement. le tapis est volé. Pris de remords, Walid part à sa recherche. Il rencontre tour à tour les trois fils du tisserand et découvre que le tapis rend fou tous ceux qui le regardent. Au terme du périple, il saura composer le poème que sa jeunesse et son arrogance ne lui permettaient pas d'écrire.

Un récit d'aventure haletant doublé d'une réflexion sur l'art et le vie ; une métaphore du destin dans la grande tradition des contes arabes. Il a obtenu en Espagne le prestigieux prix littéraire « El Barco de Vapor ».

Prix : 10,70€

 

Mon Avis :

 

Ah quel plaisir de (re)découvrir Laura Gallego Garcia !

Avec l'un des ses premiers romans best-sellers, La légende du roi errant, elle nous fait une plongée directe vers les mystères envoûtants des contes arabes. Dans la plus pure lignée des Mille et Une Nuits, ce roman nous propose une réflexion métaphysique sur l'art et la vie. 

Le style empreint aux contes d'origines Perses, Laura Gallego Garcia a suivie les pas du traducteur-orientaliste Antoine Galland qui nous livré les Mille et Une Nuits. Tout comme William Beckford avec son Vathek et Horace Walpole avec ses Contes Hiéroglyphiques, elle joue la carte de l'orientalisme romantique jumelée aux merveilleux arabes.

Comme toujours avec cette auteure, le style d'écriture est emplit de beauté et de figures de styles, tout en évitant les lourdeurs, ce qui permet une lecture fluide et simplifié, ce qui permet au roman d'être apprécié autant par les adolescents que par les parents.

La qualité des recherches sur les mythes arabes est à saluer. Laura Gallego Garcia jongle avec brio avec le merveilleux oriental et le merveilleux macabres.

Comme dans tout contes arabes, les maîtres mots sont : volupté, despotisme et le fantasme.

De plus à la manière du roman d'aventure, le héros (ou plutôt l'antihéros), traverse différentes épreuves initiatiques, ce qui donne touche de modernité à l'écriture. Sans compter les innombrables clins-d'oeil à la mythologie orientales est très plaisante, surtout dans la structure du roman qui s'approche par endroit à la technique du récit-cadre et récit-enchassé de Schéhérazade. 

Un roman pour tout public, et qui ravira les fans de Fantasy.

2 votes. Moyenne 4.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.