La Sélection, de Kiera Cass

Résumé de l'éditeur :

Dans un futur proche, les États-Unis et leur dette colossale ont été rachetés par la Chine. Des ruines est née Illeá, une petite monarchie repliée sur elle-même et régie par un système de castes. Face à la misère, des rebelles menacent la famille royale. Un jeu de télé-réalité pourrait bien changer la donne…
Pour trente-cinq jeunes filles du royaume d’Illeá, la « Sélection » s’annonce comme l’opportunité de leur vie. L’unique chance pour elles de troquer leur destin misérable contre une vie de paillettes et de pierres précieuses. L’unique occasion d’habiter dans un palais et de conquérir le cœur du jeune Prince Maxon, l’héritier du trône. Mais pour America Singer, qui a été inscrite d’office à ce jeu par sa mère, être sélectionnée relève plutôt du cauchemar. Cela signifie renoncer à son amour interdit avec Aspen, un soldat de la caste inférieure ; quitter sa famille et entrer dans une compétition sans merci pour une couronne qu’elle ne désire pas ; et vivre dans un palais, cible de constantes attaques de rebelles…
Puis America rencontre enfin le Prince. En chair et en os. Et tous les plans qu’elle avait échafaudés s’en trouvent bouleversés : l’existence dont elle rêvait avec Aspen supportera-t-elle la comparaison face à cet avenir qu’elle n’aurait jamais osé imaginer ?


 Prix :
16,90€

Mon Avis :

 

Une véritable tuerie ! (encore une pour la collection R de Robert Laffont, décidemment Glenn Tavennec nous surprendra toujours)

Imaginez un conte dystopie. Oui, je sais ce n'est pas très évident tellement c'est antithétique. Mais, c'est comme cela que l'on pourrait classer La Sélection. Un mélange entre un conte de fée et de la dystopie. Un mélange de genre réussit, efficace, étonnant et plus que passionnant. Rien à redire, ce livre échanteur est pour moi parfait. 

L'univers ne sera pas sans rappeller un certain Hunger Games, c'est assumé et puis assez différent pour ne pas le classer comme copie du blockbuster. Les USA sont morts, reconvertit en monarchie de caste (un peu comme dans Divergent ou encore Hunger Games avec les Districts), la capitale nommée le Capitole (oui oui je sais...) est pour la famille royale et l'élite (la jeunesse dorée en quelque sorte) tandis que chaque fois qu'un prince héritier atteint sa majorité et est en âge de se marier et prendre le pouvoir, une tradition veut que l'on lance un jeu de téléréalité pour trouver la future promise, la princesse d'Ileà (le nouveau nom du pays) qui sera reine plus tard. Bon là aussi le coup de la téléréalité peut nous faire penser à Hunger Games, mais il faut savoir que Hunger Games n'est pas le premier à utiliser ce phénomène de société, Battle Royal, Ultimate Game, Running Man, Truman Show, Arena, Dead Set, Blood Story et j'en passe...

La différence vient surtout de cette téléréalité, La Sélection (son nom) est proche du concept Bachelor. Le tout avec une plongée dans le monde du Palais Royal, avec ses codes et son étiquette, ses cours de bonnes manières, etc... 

Ici pas de meurtre violent, pas de combat épique, ni d'action intense mais une histoire captivante d'une jeune fille qui se sacrifie, qui sacrifie son amour par loyauté envers sa famille et qui va apprendre à aimer un autre et qui va essayer d'améliorer les conditions de vie de son peuple. 

Un roman engagé qui peut nous surprendre par les toutes les vérités que l'auteure énonce. Ca fait beaucoup réfléchir. 

Un dernier point exceptionnel, les personnages : America, Maxon et Aspen sont un trio de haute volée. America est une fleur délicate avec des épines durs comme le diamant qui n'a pas sa langue dans sa poche et une fière représentante du mouvement féministe. Maxon le prince maladroit, bienvenant, son coté distingué est parfois voilée par un coté sombre, torturé, qui le rend incroyablement sexy et attachant. Alors que l'on pourrait penser que leur caste social les sépare, en vérité ils se ressemblent plus qu'ils ne le pensent. Quant à Aspen, au départ on est sous le charme, on se laisse porter par le romantisme jusqu'à ce que l'on découvre ses travers qui nous refroidissent. Malgré ça, on s'impatiente de savoir qui America va choisir.

La fin du roman ne termine pas sur un cliffhanger mais c'est tout comme vu le nombre incroyable de questions qui restent en suspens.

L'attente de la suite est très difficile, heureusement que nous aurons la série télé en septembre pour nous satisfaire !


400_F_21550122_b6HPjAyODPNdlcRo2OjWqhuaTsc9jE.jpg

2 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.