Vango, la saga de Timothée de Fombelle

Chronique de Tom :

Résumé de l'éditeur :

Paris, 1934. Sur le parvis de Notre-Dame, une course-poursuite s'engage entre la police et Vango, 19 ans, qui allait être ordonné prêtre. Vango leur échappe. Il est accusé d'un crime. Vango est plein de mystères. À 3 ans, il a été trouvé avec sa nourrice sur une île, au large de la Sicile. Il y a grandi loin de tout. À dix ans, il a découvert dans une île voisine un couvent secret, il y a vécu. Il est entré au séminaire. Il se sent depuis toujours menacé et, en effet, des espions russes sont à ses trousses. Mais qui est-il? Dans sa fuite, il croisedes personnages forts et inoubliables, comme Eckener, le commandant du Graf Zeppelin, le commissaire Boulard, le père Zephiro. Il y a l'amour de la belle Ethel. Il y a le bruit croissant de la guerre… Vango va découvrir une partie de son histoire, mais demeurent encore bien des mystères.

Prix : 17€

 

Mon Avis :

 

Pour tout dire, je me disais presque que c'était n'importe quoi de ne pas encore avoir lu ce roman. Après avoir lu le diptyque de Timothée de Fombelle, Tobie Lolness, j'étais tombé en extase devant ces romans, d'une grande poésie et d'une imagination débordante. Mais après tout ce temps, 4 ans au moins après l'avoir lu, j'avais un peu oublié ce qu'avait été pour moi la folie "Tobie Lolness". Et embarquer dans Vango, fut comme embarquer dans une ligne où le temps et l'espace n'ont plus aucunes importances. Car c'est un livre, où l'on voyage, mais pas seulement à travers le monde, mais aussi à travers le temps et bien plus encore... à travers la vie en elle-même. Alors laissez moi vous présenter ce voyage, et laissez vous embarquer, dans Vango.
 
Très rarement dans ma vie de lecteur, je n'ai eu l'occasion de découvrir tel livre. Aussi poétique soit-il,  on entre dans un roman entre les genres historique, initiatique, et qui plonge vers du policier. Historique tout d'abord, pour sa précision dans le temps où l'on découvre avec terreur les méfaits et les évènements de la montée au nazisme. Entre terreur et révoltes, les personnages sont plongés au coeur de ce mouvement historique qui va changer bien des vies. Initiatique, car Vango, c'est l'histoire de ce personnage hors du commun, attachant et touchant, qui découvre la vie et qui cherche son identité. Et qui plonge vers du policier, car mêlé à une enquête policière importante, sans que Vango ne soit coupable, on découvre que beaucoup de choses se trament autour de notre héros, et que ce n'est pas une petite enquête policière de Paris, qui va empêcher des gens bien plus hauts placés à éliminer Vango...
 
Ce livre est vraiment un pur moment de plaisir. Dans une écriture fluide et douce, on s'envole dans un petit monde délicat, bercé par de la poésie. Dans cette ambiance magique, au milieu de phrases légères, des petits bouts de rien qui s'assemblent pour former quelque chose de grand, de beau et de simple : Timothée de Fombelle nous décrit la vie, comme elle est. Petits plaisirs de la cuisine, odeurs délicates et petites choses magnifiques, sentiments d'amitié ou d'amour; ou encore des odeurs nauséabondes au milieux de tristes paysages, des relations de colère et des larmes, parfois rouges, qui nous font presque pleurer à notre tour.
Ce qui fait également la magie du livre, c'est l'enchaînement des évènements. On suit notre héros, Vango, comme on suivrait une ombre. Même nous parfois, on se sent perdus... car on ne le suit pas forcément directement, ce qui est génial, c'est qu'on le suit à travers le regard des autres. A travers tous les autres personnages. Des centaines de petites histoires se déroulent dans ce livre, et chacune est liée à Vango. Timothée de Fombelle a une pratique immense du suspens. Des rebondissements à chaque fin de paragraphe, des découvertes inattendues... On peut oublier un personnage, le délaisser, le trouver insignifiant, mais au final, il peut être une des clés de l'histoire.
 
En parlant des personnages, j'aimerais ajouter une petite note. Souvent dans mes critiques j'ai dit, parfois avec un peu de rapidité, que les personnages étaient attachants. Ceux là le sont bien plus. Ils ne font pas ressortir les qualités, mais ils font ressortir les faiblesses. Il est bien plus facile dans la vraie vie de trouver les défauts des personnes, mais dans un livre, bien plus difficile de lui faire des faiblesses. Et dans cette tournure du livre, le côté humain ressort dans un kaléidoscope de sentiments.
 
Je pourrais dire beaucoup de choses encore sur Vango, sur le style de l'auteur, sur les personnages, sur l'imagination débordante de l'auteur qui nous offre un scénario très bien ficelé... mais j'aimerais surtout finir cette critique pour le moins longue, sur le voyage.
Comme je le disais au départ, dans Vango on voyage beaucoup. Au point de vue géographique, on fait le tour du monde ! Des îles Italiennes à l'Allemagne, de la France au Brésil, de New York en Russie... on découvre les lieux du monde, sous un oeil poétique. On voyage autour de la terre, comme si on étaient clandestins du Graf Zeppelin ou encore passagers de l'automobile d'Ethel. On est plongé dans le monde.
Le second voyage, qui est souvent abordé dans les livres, est le voyage temporel. Mais dans celui là, ce n'est pas le voyage temporel dans un style de pure science-fiction, mais le voyage temporel tout d'abord car l'action se déroule dans un passé proche, mais aussi parce que Timothée de Fombelle, a toujours ce don de faire des sauts dans le temps, des ellipses, des retours en arrière, des bonds dans le futur, et des perspectives d'avenir qui changent à chaque page, sous nos yeux inquiets.
Et le troisième, est de loin le plus beau, est celui de la vie. Comme j'en ai parlé plus haut, j'ai eu le plaisir de lire dans ce roman, quelque chose qui ressortait vraiment de l'ordinaire. Quelque chose qui dans ce style poétique et léger, nous offre une pause au milieu de ce monde qui gronde.
 
Je remercie donc Timothée de Fombelle qui nous offre une fois plus une merveille littéraire. Je suis encore dans les souvenirs de mon voyage et dans l'avenir d'une lecture prochaine du tome 2. J'espère ne pas avoir à attendre longtemps, pour repartir, pour un de ces merveilleux voyages...

 

Tome 2

Résumé de l'éditeur :

New York, 1936. Accroché au sommet des gratte-ciel, Vango poursuit l'homme qui a causé son malheur et détient le secret de
sa naissance. Mais la fuite de Vango ne connaît pas de trêve. Quel est le chasseur et quelle est la proie ? L'amour d'Ethel survivra-t-il à tant de tempêtes ?


À travers les forêts du Caucase, le ciel de Paris ou de l'Écosse, ce second volume achève somptueusement la saga de Vango.

Prix : 17€

 

Mon Avis :

 

 

Les mots, un univers incroyable. Dans chaque vie, ils sont utilisés. Que ce soit par parole, par écrit ou encore rien que par les yeux. C'est difficile de les manier, de trouver les bons, ceux qui sonneront bien. Même moi en ce moment j'hésite, je cherche, je triture et fouille à la recherche des mots justes pour vous faire transparaître ce que je ressens. Ce que je ressens après avoir lu ce fantastique livre, cette petite goutte agréable qui pourrait être cette larme de joie ou celle de tristesse. J'ai fini tout à l'heure le second et ultime de la saga Vango, de Timothée de Fombelle. Et c'est avec mélancolie et l'air perdu que je me suis retrouvé à avoir lu le dernier mot de la dernière ligne de la dernière page du dernier chapitre du dernier tome de la série Vango. Et Timothée de Fombelle, a vraiment ce talent, de savoir manier les mots. Retour sur un phénomène qui conquiert le monde, comme Vango l'a conquit dans le livre.
Comme le premier tome, j'ai été bluffé par Timothée de Fombelle, et je dois avouer que je suis épaté. Il nous offre ici une nouvelle fois un petit bouquet de vie, cultivée avec soin, avec amour, parfois avec haine et férocité, avec tristesse ou jalousie. Ses mots nous entraînent avec poésie dans ce petit monde vivant, sur les toits, tout près du ciel, ou de la terre, naviguant, voguant, volant, creusant... Une vraie aventure.
Vango, c'est l'histoire d'une vie, c'est l'histoire de la découverte de soi. Parfois avec rage au cœur ou tristesse dans l'âme, Vango cherche sa vérité. Cherche à trouver la paix. Cherche ses origines, il cherche ce qu'il est. Ce qu'on lui reproche c'est sa volonté, enfin, j'entends par là, son regard fixé vers le passé. On comprend son envie de savoir, de qui peut-il bien être. Mais pourquoi ne voit-il pas ce qui l'attends devant lui ? Pourquoi ne voit-il pas comment pourrait devenir sa vie ?
Vango c'est aussi l'histoire de l'Histoire. Au milieu d'une période qui crache du feu et des éclairs, au milieu d'une guerre, Vango fait la sienne. Sans limites, si ce n'est ses sentiments. Amour, amitié, vengeance, joie, tristesse, jalousie, oubli...
Comme dans le précédent, on retrouve le Voyage dans ce livre : par le zeppelin et son petit frère, par Vango, par tous les personnages et ceux historiques ou imaginaires. Mais la différence dans ce tome là, c'est le fantastique air de famille qui flotte. D'amitié. D'amour. Da,ns ce tome, le voyage ne se fait pas seul. Pour les personnages d'abord, qui sont ensemble, séparés ou proches, ils finissent toujours par se retrouver, mais ils ne sont de toutes façons jamais seuls.
Ceux-ci sont attachants, vraiment. Ils ont un caractère particulier, bien trempé, et renforcé par la plume fluide, légère et poétique de Timothée de Fombelle. Il s'attarde sur les détails en les laissant nous envahir et nous perturber, nous embrumant le cerveau de sentiments que ressentent les personnages. Voici le deuxième terme de voyage de ce tome, comme dans le précédent d'ailleurs, on plonge dans ce livre comme on plongerait dans une eau agréablement limpide et claire, chaude, et jamais en solitaire.
Dans ce second tome, l'histoire avance à grand pas. On est envoûtés par les nouveaux personnages mais plus particulièrement par les personnages du tome premier qu'on retrouve changés dans ce tome là. Il y a des morts, des découvertes, des sentiments, des échanges, des non-échanges, des mystères, de guerres, des larmes, des joies et des peurs, des rires, des espionnages, des phrases poétiques ou vénéneuses... il y a de tout ça dans Vango tout ça sur des lieux fantastiques, décrits une fois de plus avec poésie et légèreté, rendant chaque endroit unique et merveilleux : sur les toits de paris, ou des buildings de New York, dans les petites îles Italiennes, ou la grande île que celle de l’Écosse, en Asie, en Europe, en Amérique... et c'est ce qui fait la magie du livre !
Pour finir, je tiens à marquer un point qui est particulier à Timothée de Fombelle : les sauts dans le temps, les ellipses, flashbacks et autres en tout genres ! Je ne pense qu'il n'y a pas mieux que cet auteur pour réussir cet exploit. Pour passer d'un siècle à l'autre, de mois en mois et d'années en années. Ils change de dates, il fait progresser son histoire sur de longues plages de temps sans pour autant nous désorienter. Ce qui nous désoriente, c'est les sentiments de Vango, son air perdu, les lieux immenses et peut être même petits, ces lieux qui sont le clou du livre, renforçant pour un troisième point le voyage...
Je tiens donc à remercier Timothée de Fombelle pour ce coup de cœur, pour cette merveille pleine de poésie ! Un vrai petit pain de plaisir qui croustille sous la dent ou une petite fleur qui a éclot sous la neige gelée.
Combien de royaumes nous ignorent... 
Est-ce qu'on rentre le sable des rivières quand il pleut ?

 

4 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×